Des racines et des elles

Une conférence gesticulée sur l’écoféminisme

“Pubis et forêt, arrêtons de tout raser !”

Voici le type de slogans que l’on a vu fleurir dans les manifestations féministes et écologistes ces dernières années. Ce mouvement politique qui articule l’oppression des femmes et la destruction de la planète, c’est l’ « écoféminisme ». 

Pour les écoféministes, le patriarcat n’est pas simplement le système de domination des hommes sur les femmes, mais un système totalisant basé sur le paradigme du pouvoir­-sur -­ le pouvoir sur les femmes et sur tout ce qui y a été assimilé, les enfants, la terre, les animaux, les peuples colonisés… Le pouvoir­-sur tout ce qui vit, le pouvoir­ sur la Vie. Un pouvoir intrinsèquement mortifère et insatiable :­ il ne connait de limites que techniques, pas éthiques. C’est la théorie de « l’illimitisme » patriarcal développée par Françoise d’Eaubonne: tout ce qui peut être exploité le sera, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Pour cette pionnière de l’écoféminisme, le constat est sans appel : c’est « le féminisme ou la mort. »Dans cette conférence gesticulée, Anne et Laura racontent avec poésie et humour comment leur manière de voir, de faire et d’être au monde a été profondément transformée par l’écoféminisme. Au fil de leurs histoires, celle de leur vie et celles nées de leur imaginaire, elles retracent le chemin qui les a amenées à cesser de se mettre “la tête à l’envers” pour pouvoir remettre le monde à l’endroit. Elles ont choisi le féminisme, elles ont choisi la vie – et espèrent vous en donner envie.”


Retrouvez nous sur les réseaux sociaux Facebook et Youtube !

Soutenez-nous en faisant un don